Emmanuel Macron a t-il menti ?

Madame, Monsieur, Chers amis,

Le 17 juillet 2017, Emmanuel Macron prenait un engagement solennel à la Conférence nationale des territoires : « les territoires ruraux ne peuvent plus être la variable d’ajustement. Il n’y aura plus aucune fermeture de classes dans les écoles rurales ».

Pourtant, depuis plusieurs jours, avec mes collègues députés, nous apprenons la disparition programmée de plusieurs centaines de classes dans nos villages et nos campagnes.

J’ai souhaité interpeller le gouvernement sur ce sujet dans la question que vous pourrez retrouver ci-dessous.

Le ministre de l’Education, pour qui j’ai du respect et de la considération, a, me semble-t-il, entretenu un double discours. Ce n’est pas parce que des classes sont créées dans les villes qu’il n’y a pas de fermetures dans les classes rurales.

Chez moi, dans le Loir-et-Cher, il y a bien des ouvertures de classes à Blois, mais également 34 fermetures dans les zones rurales.

Donc ma question est simple : Emmanuel Macron a-t-il menti aux Français, et en particulier à tous les habitants des zones rurales ?

Je crains que la réponse soit évidente…

Mais vous pouvez compter sur la détermination de tous les Républicains et de notre nouveau Président, Laurent Wauquiez, aux côtés duquel je me battrai pour défendre tous les territoires de notre beau pays, et en particulier toute la France des provinces et nos communes rurales qui ne doivent pas servir de variable d’ajustement au gouvernement !

Bien fidèlement,

Guillaume Peltier – Député de Loir-et-Cher

Déléguée de la première circonscription

Suite à la démission de Mireille Gaudion comme déléguée de la première circonscription « Les Républicains » de la Nièvre, Carole Boirin Présidente de la Fédération et Jacques Baudhuin secrétaire départemental ont demandé à Wilfied Baron Responsable des jeunes d’assurer, en tant que chargé de mission, l’animation et l’organisation de la 1ère circonscription.

Merci à toutes et à tous de l’aider dans sa mission.

Jacques Baudhuin – secrétaire départemental « Les Républicains » de la Nièvre

Emmanuel Macron : un monde virtuel bien loin des préoccupations des Français

Chers amis,

Ce début d’année 2018 est marqué par un manque d’ambition dans la politique menée par le gouvernement. À grand renfort de communication, Emmanuel Macron cherche à raconter aux Français un monde virtuel mais les faits ont la tête dure : hausse de la CSG, augmentation de la fiscalité et des dépenses de l’Etat, aucune lutte contre le gaspillage de l’argent public, explosion de l’immigration, renoncements quotidiens de la République face aux agressions commises contre les représentants de l’autorité publique…

Vous pouvez télécharger l’argumentaire en cliquant sur le bouton ci-dessous :

télécharger l’argumentaire

Merci à tous de votre engagement.

Fidèlement,

La Direction des Fédérations LR

Venez nombreux au Conseil National du 27 janvier avec Laurent Wauquiez

Chers amis,

Dans le cadre du Conseil National des Républicains, nous avons le plaisir de vous inviter à assister au discours de notre Président, Laurent Wauquiez, et à ceux des personnalités de notre famille politique.

Nous vous donnons ainsi rendez-vous :

Samedi 27 janvier 2018
À la Maison de la Mutualité 
24 rue Saint-Victor
75005 PARIS
À 14h00

Nous vous remercions par avance de bien vouloir confirmer votre présence en cliquant ici :

inscription

Nous comptons vivement sur votre participation à ce rendez-vous qui rassemblera l’ensemble des cadres et nouveaux talents de notre famille politique et qui marquera la première étape du renouveau de notre mouvement.

Fidèlement,

les Républicains

 

Compte rendu réunion LR 2ème circonscription de la Nièvre du 14/01/2018

Chers amis,

Notre première réunion-débat sur la deuxième circonscription de la Nièvre a eu lieu dimanche 14 janvier chez Laurence Guimard. Nous n’étions pas très nombreux pour cette première, mais les échanges ont été très intéressants. Un grand merci à tous les participants.

Avant d’aborder le sujet de ce premier débat, nous avons échangé sur la situation actuelle de la France après ces quelques mois de gouvernance de notre président Emmanuel Macron. Nous ne pouvons que malheureusement constater que ce que nous avions annoncé pendant les dernières campagnes électorales, se réalise: la place prédominante de la finance, un enrichissement des plus riches, une ruralité oubliée, un chômage toujours en progression. Nos concitoyens sont encore dans un état de somnolence, bercés par les nouvelles classées « bonnes » par notre gouvernement. Nous avons du temps avant les prochaines échéances électorales. Saisissons cette occasion pour sortir de notre torpeur et nous reconstruire.

La réunion s’est poursuivie sur le thème du jour, l’immigration. Le texte que je vous avais envoyé avant la réunion a recueilli l’unanimité des participants. Pour ceux qui ne l’avaient pas reçu, vous le trouverez en pièce jointe. Il a été complété par quelques chiffres fournis par Pierre SMIRNOV, chargé de missions des fédérations LR. Vous trouverez également ces informations en pièce jointe.

Au cours du débat, les points suivants ont été ajoutés:

  • Le robinet: Emmanuel Macron par ses paroles, semblait abonder dans le sens de la fermeture à la source et s’était même rendu au Niger, mais malheureusement cela c’est limité aux parole. Si quelqu’un retrouve sa maison inondée parce qu’il a oublié de fermer le robinet avant de sortir, il ne commence pas par écoper avec une petite cuiller, mais le bon sens élémentaire le conduit à fermer le robinet. Emmanuel Macron ne ferme pas le robinet et Gérard Collomb écope avec sa petite cuiller.
  • La démographie africaine: les partisans d’une immigration massive invoque le problème de la démographie galopante. le potentiel de population d’un état est lié à ses capacités agricoles. L’Afrique possède de grandes réserves agricoles. Quelques chiffres: la densité de population du Ruanda est de 450 habitants/Km², il est difficile d’envisager une plus forte densité. Celle de la République démocratique du Congo voisine est de 33 habitants/Km² et celle du Gabon est de 7 habitants/Km². Si l’Afrique fait évoluer sont agriculture, elle peut croitre en population sans problème.
  • L’esclavage: Mme Taubira et d’autres veulent nous faire faire repentance pour la traite négrière. Il faut bien sur admettre que ce n’est pas un épisode glorieux de notre histoire mais alors pourquoi la poursuivre aujourd’hui. Si les moyens sont différents, les esclaves ne sont plus capturés physiquement, mais plus subtilement attirés chez nous. Dans les deux cas, même si les moyens sont différents, le résultat est le même: vider l’Afrique

Ces réunions-débats sont l’occasion d’exprimer nos idées et de les faire remonter vers les instances dirigeantes. A la fin de ce premier débat, l’une des participantes, Françoise PEYROT a proposé comme prochain sujet : les éoliennes. Nous avons tous accepté ce sujet qui sera donc débattu autour d’un repas le samedi  7 avril. Je reviendrai vers vous pour vous préciser l’heure, l’adresse et vous envoyer un bulletin d’inscription. Mais vous pouvez déjà réserver la date.

En espérant vous y rencontrer nombreux,

Cordialement,

Véronique SYMZAK – chargée de mission pour la deuxième circonscription de la Nièvre

Chiffres clés de l’immigration

Près de 364 000 migrants sont arrivés en traversant la méditerranée en 2016 (source : organisation internationale pour les migrations). Plus de 5 000 ont péri au cours de la traversée.

92 076 mesures d’éloignement ont été prononcées en 2016. 18% ont été exécutées. 75 587 personnes se sont donc maintenues sur le territoire malgré la mesure d’éloignement prononcée à leur encontre (dont 53.600 déboutés du droit d’asile).

Le Gouvernement a annoncé le 15 octobre 2017 son intention d’expulser les étrangers en situation irrégulière ayant commis un délit, mais il n’y met pas les moyens. Les crédits dédiés à l’éloignement des étrangers en situation irrégulière sont en baisse de 7% pour 2018. Seulement 14.500 éloignements forcés seront possibles avec le budget 2018, alors que 15.161 éloignements forcés ont été exécutés en 2014 et 15.485 en 2015.

La barre des 100 000 demandes d’asile a été franchie en 2017, ce qui représente une hausse de 17% sur un an, un record. Pour rappel, 39 835 demandes avaient été déposées en 1992, 65 614 demandes avaient été déposées en 2006, pour atteindre le chiffre de 100 412 en 2017, soit une hausse de 150% entre 1992 et 2017. L’Allemagne enregistre encore deux fois plus de demandeurs que la France.

64% des demandes d’asile ont été rejetées en 2017. Le premier pays d’origine des demandeurs d’asile a été l’Albanie, pourtant sur la liste des « pays d’origine sûre », avec 7.630 demandes (hors mineurs accompagnants), soit une hausse de 66%. L’OFPRA n’a accordé sa protection qu’à 6,5% des demandeurs albanais.

Seule une personne déboutée sur deux reçoit une OQTF. Le taux d’exécution des OQTF notifiées est de 6,8%. 96% des déboutés du droit d’asile restent donc en France(rapport cour des comptes 2015).

Les objectifs de 240 jours de traitement en procédure normale et 50 jours en procédure accélérée (OFPRA + CNDA) ne sont pas atteints puisqu’en 2016 ils sont respectivement de  449 jours et 204 jours en 2016.

Il existe 1755 places de CRA dont 184 en Outre-mer. Si le placement en rétention redevient la norme, il faudra doubler le nombre de places en CRA (à noter que jusqu’à présent le taux d’occupation en CRA était de l’ordre de 50%. Avec la circulaire Collomb d’octobre, il est passé à 100%).

Le nombre de bénéficiaires de l’AME a doublé depuis sa création en 2000 pour s’élever à 316 000 bénéficiaires en 2015. Le budget de l’aide médicale d’Etat augmente de 108 millions d’euros en 2018 pour 910 millions d’euros au total. A titre de comparaison, le coût moyen par personne est de 1250 euros pour le dispositif sanitaire espagnol contre 2530 euros pour l’AME en France (estimations 2013).

Veronique Symzak – chargée de mission pour la deuxième circonscription de la Nièvre

A ce moment le calvaire commence

Avec  5 millions de chômeurs la France ne peut accueillir correctement de nouveaux émigrés. Ce sont pour la plupart de braves gens abusés par de fausses informations ou parfois par des informations vraies  mais difficiles pour eux de situer dans son contexte. Les Africains vivent souvent en autarcie  dans des régions où peu d’argent circule comme c’était les cas dans nos campagnes françaises encore au XIX ème. Lorsqu’ils entendent parler de salaires  en milliers d’euros, eux et leur entourage s’imaginent  l’Europe comme un véritable Eldorado . Souvent  le village envoie ses meilleurs éléments pour aller faire fortune, quitte à ce que tous les habitants participent aux frais de voyage en espérant des retombées économiques.

A ce moment le calvaire commence. Il faut atteindre la Méditerranée par un parcourt qui passe souvent par Agadès. Entre Agadès et la Libye ils subissent les passeurs, qui pour des sommes importantes, les font voyager dans des conditions inhumaines. Dans l’indifférence générale  beaucoup n’atteignent même pas la Libye  et meurent dans le désert.  Les survivants sont alors maltraités et rackettés  par les Libyens avant de pouvoir s’embarquer sur des bateaux de fortune vendus par les Chinois le livrés à Malte. Les morts naufragés ne se dessèchent pas sous le soleil du désert loin des yeux, loin du cœur des bobos européens mais flottent dans la Méditerranée et commencent alors à être pris en considération.  Mais  même si leurs malheurs  sont  connus ils ne sont pas moins durs pour autant.

Cette immigration est un malheur, d’abord pour les émigrés et en particulier pour ceux qui sont morts en route, mais aussi  pour ceux qui ne peuvent être accueillis correctement en Europe.

Monseigneur Turckman, qui est africain,  parle de ce qu’il connaît, c’est un véritable humaniste efficace et pragmatique.  Ce cardinal ghanéen prêche pour ses ouailles ce qui est son rôle. C’est à eux qu’il pense lorsqu’il préconise pour l’intérêt de l’Afrique et de la majorité de ses habitants l’arrêt quasi complet de l’immigration pour éviter un naufrage collectif.

Lorsqu’un homme se noie  il faut agir avec prudence pour le sauver car une action peu ou pas réfléchie peut entraîner un naufrage collectif.

L’Afrique va mal et il est urgent de l’aider. Pour l’aider  il ne  faut pas  que l’Europe ruine son économie par une surcharge d’émigrés qui la fera couler. Une Europe prospère pourra aider l’Afrique à le devenir. Par exemple l’argent dépensé pour l’accueil des émigrés pourrait servir à les aider à rester chez eux.

Bien sur une partie des aides est détournée par la corruption ou mal employée, mais ce n’est pas toujours de la faute des Africains. Certains détournements commencent en France et les aides, parfois données pour se donner bonne conscience, ne sont pas suivies  d’un accompagnement technique suffisant. C’est comme si l’on vous donne une merveilleuse machine sans la notice d’utilisation. Les solutions ne sont pas toujours évidentes mais pour les concevoir, il faut d’abord le vouloir et  reconnaître la situation.

Beaucoup ne le veulent pas car la situation actuelle leurs convient. Ce sont:

  • Les passeurs: hommes sans foi ni loi qui profitent sans scrupule de la misère des autres.
  • Certains patrons européens qui se complaisent dans un système qui rappelle le temps de l’esclavage  quand la main d’œuvre  était abondante docile et quasi gratuite
  • Certains Syndicats et partis politiques qui ne voient dans les émigrés que des adhérents qui leurs font défaut.
  • Certains soit disant défenseurs des droits de l’homme qui se donnent des allures de héros en jouant les bons Samaritains sur des bateaux en Méditerranée, c’est plus confortable et moins dangereux que les pistes africaines; la plupart sont sincères mais naïfs.
  • Certains RSA et RMistes  professionnels qui, déjà fatigués avant d’avoir travaillé, ont fait des études inadaptées et ont quitté l’école sans aucune formation sérieuse, devraient logiquement occuper des emplois en fonction de leurs compétences. Mais  ils n’en veulent  pas trouvant cela dégradant pour eux mais pas pour des hommes  noirs ou basané .

Quelles solutions.

  1. Couper le flot le plus en amont possible et au plus tard à Agadès.
  2. Expliquer la vraie situation aux candidats migrants et leurs faciliter le retour chez eux. A ce stade ils n’ont pas complètement dépenser leur pécule et une aide financière pourrait aider.

Que faire des émigrés présents chez nous ?

Je ne vois qu’une solution. Les traiter humainement, aider ceux qui ont le mal du pays à retourner chez eux et pour ceux qui veulent rester et accepter  nos lois et notre culture les intégrer le mieux possible.

Immigration sélective.

Cela revient à priver l’Afrique de toute possibilité de croissance et de progrès. Si nous prélevons  les médecins ,les ingénieurs les enseignants, les plus entreprenants, les pays d’Afrique ne pourront pas se développer et il se produira une misère qui de nouveau occasionnera un désespoir et une vague d’immigration encore plus violente que celle que nous subissons et à laquelle je crains que notre économie et notre culture ne résistera pas..

Comment aider?

Ne rien faire serait faire preuve d’ingratitude car il faut se souvenir qu’après la débâcle de  1940 , lorsque la France était au plus bas , c’est d’Afrique  qu’est parti la reconquête de notre liberté et que beaucoup de parents et de grands parents des Africains d’aujourd’hui ont donné leur vie pour que nous vivions  libres .

Il est impossible de donner toutes les pistes  mais simplement quelques idées.

  • D’abord rendre difficile la corruption en ne distribuant pas une enveloppe laissée ensuite à la discrétion  des dirigeants  Subventionner des projets précis  dont  la mise en œuvre doit être suivie.
  • Imaginer les paiements en une monnaie non convertible ce qui assure la traçabilité.
  • Former des cadres aux profils adaptés au pays comme par exemple des techniciens agricoles spécialisés dans des cultures locales ou des médecins dans les maladies tropicales.
  • Exemple à ne pas suivre: donner des milliards pour construire le métro d’Abidjan ce qui entrainera inévitablement des commissions et rétro commissions et là n’est pas la priorité.

Si l’Afrique ne peut espérer un avenir meilleur qu’avec une Europe prospère il en est de même pour l’Europe. Nous sommes tous dans le même bateau.

Véronique Symzak et Bernard Symzak
Montcharlon
581870  Chiddes

Première réunion organisée par Véronique Symzak

Hier dimanche 14 janvier s’est tenue la première réunion organisée par Véronique Symzak, chargée de mission pour la deuxième circonscription de la Nièvre, en présence de Laurence Guimard déléguée de la circonscription.

Cette réunion a permis d’éclairsir les rôles de chacun suite à certaines incompréhensions.

Le thème principal était « l’Immigration », thème d’actualités.

Après un exposé brillant de Bernard Symzak, le débat a été lancé et chacun a pu s’exprimer et donner son point de vue.

Une grande unanimité s’est faite pour continuer ses réunions.

La prochaine se fera sur le thème des Éoliennes.

Comme toujours les absents ont eu tort.

Je rappelle que la galette de la Fédération se tiendra le dimanche 28 janvier prochain à 15 heures à la salle des fêtes de Prémery.

A bientôt

Jacques Baudhuin – secrétaire départemental « Les Républicains » de la Nièvre

Je renouvelle mon adhésion

Cher(e) ami(e),

Avec l’élection de Laurent Wauquiez à la présidence des Républicains, c’est une droite renouvelée qui se lève aujourd’hui, une droite qui assume ses valeurs, franche et déterminée, une droite qui aura le courage de dire et surtout de faire.

Pour relever ces défis, nous avons dès aujourd’hui besoin de pouvoir compter sur des adhérents comme vous, déterminés à défendre leurs valeurs et leurs convictions.

C’est grâce à l’engagement de nos adhérents, à vous Cher(e) ami(e), que nous parviendrons à faire de notre famille politique une force qui compte à nouveau, capable de proposer un autre choix face à Emmanuel Macron.

En renouvelant dès à présent votre adhésion, vous participez à la renaissance de la Droite. Vous pourrez également prendre part aux élections internes au sein des fédérations qui se tiendront au mois d’octobre 2018.

Cher(e) ami(e), vous le savez, les idées que nous partageons sont bien vivantes ; à nous de les défendre et de les porter ensemble.

Nous comptons sur vous.

Bien fidèlement,

Les Républicains