Nadine Morano : « Les peuples européens veulent une immigration choisie »

Cher(e)s ami(e)s,

Mercredi 12 septembre au Parlement européen de Strasbourg, j’ai voté contre un texte proposant de déclencher des sanctions contre la Hongrie dirigée par Viktor Orban. Ce texte, rédigé par Madame Sargentini du Groupe des Verts allié de la Gauche, n’était qu’un piège grotesque destiné à diviser notre famille politique à 8 mois des européennes et à stigmatiser la politique migratoire hongroise.

Je serai toujours du côté des dirigeants européens qui défendent la souveraineté de leur Nation et protègent nos frontières. Je m’opposerai à ceux qui se revendiquent progressistes comme Emmanuel Macron et laissent notre continent submergé par une immigration illégale dont nos peuples ne veulent pas !

Retrouvez ci-dessous l’interview que j’ai accordée à Valeurs Actuelles :

Pierre Moscovici vient d’évoquer l’existence de « petits Mussolini » déclenchant une vive réaction des autorités italiennes et notamment Monsieur Salvini, quelle est votre réaction ?

Monsieur Moscovici démontre qu’il a les mêmes travers que Monsieur Macron ! Ses relations avec ses partenaires européens tournent à l’invective et à l’insulte. C’est indigne de ceux qui sont censés représenter notre pays… L’exacerbation des tensions ne peut qu’accroitre des difficultés sans rien résoudre et éloigner davantage les peuples de l’Union Européenne. Décidemment le soi-disant « Nouveau Monde » en matière de diplomatie est surtout irrespectueux et incapable d’obtenir des résultats.

Vous faites partie des 3 députés européens LR qui ont voté contre le déclenchement de l’article 7, pourquoi avoir fait ce choix ?

Viktor Orban est venu devant les parlementaires européens au sein de l’hémicycle de Strasbourg. Je m’attendais à un débat sur la situation de la Hongrie tel qu’annoncé. Je n’ai pas assisté à un débat mais à un procès profondément choquant qui a instrumentalisé notre institution européenne. Monsieur Timmermans représentant la Commission Européenne a introduit le sujet en quelques minutes, puis Monsieur Orban a eu droit à une intervention de 5 minutes…A la suite de la salve de prises de parole de près de 2 heures de certains de mes collègues, pratiquement toutes à charge, le Premier Ministre hongrois a eu droit à 2 minutes de temps de parole pour répondre…

Vous avez donc fait ce choix plus pour la forme que pour le fond ?

Pour les deux ! Pour une institution qui veut donner des leçons de démocratie et d’indépendance de la justice, il est quand même contradictoire d’orchestrer une mise en scène pareille en transformant un hémicycle en tribunal qui de surcroit bafoue les droits de la défense ! Sur le fond, le rapport de Madame Sargentini (membre du groupe des Verts) n’est rien de plus qu’un piège politique grotesque de la gauche qui nous était tendu à quelques mois des élections européennes. Beaucoup de députés européens ont dénoncé la piètre qualité de ce rapport. Un travail bâclé et fourre-tout (Madame Sargentini a reconnu s’être rendue une seule journée en Hongrie…). Un simple prétexte pour stigmatiser et tenter de mettre au ban de l’Union la Hongrie et son gouvernement.

Que répondez-vous à une droite modérée qui vous accuse de pactiser avec le diable ?

Qui est le diable ? Le peuple Hongrois qui a renouvelé massivement sa confiance à Viktor Orban lors des dernières élections législatives en lui accordant près de 50 % des suffrages ? Les peuples européens ont le droit de défendre la souveraineté de leur nation et de rejeter fermement une immigration illégale de masse sans pour autant qu’on se permette de leur donner des leçons ou de leur expliquer que leur vote est mauvais ! Je vote depuis le début, contre les quotas de migrants au Parlement Européen qui pour moi favorisent un véritable appel d’air à l’immigration illégale et ne font que renforcer la crise migratoire que nous vivons en incitant toujours davantage de personnes à risquer leur vie en traversant la Méditerranée !

Pour quelle raison les députés de votre délégation Les Républicains n’ont pas su adopter une ligne claire commune ?

Aucun groupe politique ni aucune délégation nationale n’a adopté une ligne commune.

Avez-vous pu vous entretenir avec Orban à l’issue du vote que vous êtes vous dit ?

Oui bien sûr ! Ce n’est pas la première fois que je m’entretiens avec lui. Je l’avais félicité pour son discours sur sa politique migratoire à Madrid lors de notre congrès du PPE. Je ne partage pas toutes ses analyses mais je reconnais son courage pour agir face à la crise migratoire et sa détermination à faire respecter la souveraineté de son peuple. Pour moi Viktor Orban a toute sa place au sein de notre famille politique du PPE c’est aussi le sens de mon vote contre l’activation de l’article 7.

Fidèlement à vous.

Nadine MORANO – Ancienne ministre – Députée européenne

Une République exemplaire ???

« La République est inaltérable » déclarait Emmanuel Macron il y a seulement deux jours. La vérité, c’est qu’elle est durablement abîmée par le comportement du Président de la République dans ce que l’on ne peut que qualifier de scandale d’Etat tant le pouvoir en place use et abuse de pratiques d’un autre âge.

On nous promettait une République exemplaire, un nouveau monde … Nous assistons au retour des barbouzes, des polices parallèles protégées, comble du tout, par le Ministre de l’Intérieur lui-même.

Emmanel Macron ne peut continuer à garder le silence dans une posture de mépris du peuple Français dont il est désormais si coutumier. Le Président de la République doit s’expliquer sur les raisons qui l’ont conduit à protéger Alexandre Benalla. Il doit dire pourquoi il n’a pas saisi le Procureur de la République comme l’article 40 du Code de Procédure Pénale l’y oblige en raison des fonctions qu’il exerce. Il doit rendre des comptes sur les moyens et avantages exorbitants.

Jacques Baudhuin – secrétaire départemental « Les Républicains » de la Nièvre

La luminosité de Jupiter assombrie

Emmanuel Macron a une nouvelle fois sa façon bien personnelle de la gestion de la démocratie. Une nouvelle histoire, après bien d’autres, vient assombrir la luminosité de Jupiter.

Pourquoi le Président de la République ne prend-il pas la parole sur la scandaleuse affaire concernant son collaborateur à l’Elysée ? Celui-ci sait-il trop de choses ?

Toujours est-il que l’Elysée a tout fait pour cacher ce scandale depuis le 1er mai. Pourtant pour augmenter les taxes et diminuer le pouvoir d’achat des Français, il est beaucoup plus rapide.

Après la déclaration de la Députée LREM de la Nièvre suggérant de tirer sur les manifestants à Belleville, il semble que la démocratie façon Macron en prend un sacré coup. L’autre Député de la Nièvre, que fait-il ? Si vous avez de ses nouvelles, merci de m’en faire part.

A l’assemblée, le gouvernement essaie de museler l’opposition. Cela ressemble à un début de dictature.

J’espère que les Français qui ont voté pour lui vont commencer à ouvrir leurs yeux et retrouver leur liberté de jugement critique. L’opposition nivernaise doit se ressaisir et avec vous accélérer le combat.

Jacques Baudhuin – secrétaire départemental « Les Républicains » de la Nièvre

Kit : l’addition Macron pour les automobilistes

Chers amis,

En un an, le prix du gasoil a augmenté de 25%. Alors que la vitesse sera abaissée à 80 km/h sur 400 000 kilomètres de routes le 1er juillet prochain et que les radars mobiles sont privatisés et multipliés, jamais les carburants n’ont été aussi taxés. Emmanuel Macron a programmé des hausses de taxes sans précédent sur le gasoil et l’essence.

Nous avons créé un calculateur sur notre site afin que les automobilistes puissent estimer leur perte de pouvoir d’achat liée à ces hausses de taxes sur les carburants :

https://www.republicains.fr/actualites_addition_macron_automobilistes_20180622.

N’hésitez pas à découvrir cette page et à la partager autour de vous.

Vous trouverez également ci-dessous un kit à télécharger composé d’un argumentaire et d’un visuel sur cette addition Macron infligée aux automobilistes.

Télécharger le kit

Amitiés,

les Républicains

Cessons les bavardages et les leçons de morale

Chère Madame, Cher Monsieur, Chers Amis,

Emmanuel Macron a déclaré cette semaine, à propos des aides sociales, qu’elles coûtaient un « pognon dingue ». Oui, la France doit tourner le dos à l’assistanat. Mais la politique d’Emmanuel Macron n’en reste pas moins profondément injuste ; il faut rappeler que ce qui coûte aussi un « pognon dingue », ce sont les cadeaux faits toujours aux mêmes : suppression des taxes sur les hauts salaires dans la banque, fin de l’ISF sur les capitaux uniquement, abandon de « l’exit tax » qui permettait de limiter les plus-values à l’étranger… Dans le même temps, Emmanuel Macron a imposé la hausse de la CSG, du diesel et du fuel, ou encore supprimé de nombreuses aides familiales, soit un total de 9 milliards d’impôts nouveaux depuis le début de l’année. Oui, le macronisme, c’est beaucoup de largesses pour les puissants et beaucoup de dureté pour les classes moyennes et la France populaire ! Face à l’assistanat socialiste et face au règne de la finance du macronisme, nous devons réhabiliter la valeur travail : que les entrepreneurs, les travailleurs et les classes moyennes soient enfin récompensés de leurs efforts et de leur mérite.

Quant à l’autre actualité de la semaine, la polémique autour de l’accostage du bateau Aquarius en Italie, j’appelle nos dirigeants à sortir de leur aveuglement et à agir immédiatement à 3 niveaux : une lutte acharnée contre les réseaux de passeur et les filières mafieuses, une politique migratoire claire mettant fin à l’immigration illégale, et la mise en place d’un grand plan de développement européen pour les pays du sud. On ne peut avancer sur la question migratoire, qui place des milliers d’individus en situation de souffrance extrême, qu’en s’attaquant à ses causes !

Oui, la droite de demain sera une droite juste sur les questions économiques et sociales et  forte sur les questions régaliennes !

Guillaume Peltier

Compte rendu réunion Les Républicains du 7 avril 2018

Je vous prie de m’excuser pour ce retour un peu tardif à la suite du débat sur les éoliennes qui nous a réunis à Millay le 7 avril dernier. De nombreux déplacements professionnels m’ont laissé peu de temps libre.

Un grand merci à tous les participants pour la qualité du débat et le respect de chacun vis-à-vis des différentes opinions. Je tiens à remercier tout particulièrement Françoise Peyrot qui avait accepté de préparer ce débat, Francois Falconnet qui nous a remis un document très complet sur les enjeux de l’éolien et enfin Alain Reininger adjoint au maire de Cercy-la-Tour qui a défendu la position d’un élu vis-à-vis de l’implémentation d’un parc éolien.

Il serait difficile de résumer en quelques lignes ce débat qui s’est terminé à une heure avancée de l’après-midi. Une grande partie du débat a été consacrée au volet économique : rôle des promoteurs, financement des parcs éoliens intégrant le traitement de fin de vie, les acteurs économiques de ce marché, la revente de l’électricité produite, ….

Toutes les communes sont concernées par ce sujet et la décision finale revient toujours au préfet.

Pour ceux qui n’ont pas pu participer à ce débat, je tiens à leur disposition les différents documents qui ont été distribués pendant cette réunion.

Il nous faut maintenant choisir un nouveau thème pour notre prochain débat. En fin de réunion, il a été évoqué le thème du numérique. Je vous propose d’élargir le sujet à la désertification de nos campagnes, le numérique étant un des éléments y contribuant.

La date retenue est le 22 septembre 2018, probablement à Corbigny autour d’un déjeuner comme la dernière fois. Je vous ferai parvenir un bulletin d’inscription début septembre mais vous pouvez déjà retenir la date.

Bien amicalement,

Véronique SYMZAK